Kalimat

création 2003 

Dans l'écriture arabe, une observation attentive permet d'isoler des physionomies au hasard des suites de lettres que constituent certains mots. Ce phénomène met en évidence, par l'absurde, le statut spécifique du tracé de l'écriture : le trait de l'écriture n'est pas censé représenter. Trois types de tracés seront donc présentés au visiteur, tous générés par un geste identique à celui de l'écriture : d'une part l'écriture d'un mot qui malgré lui représente aussi un visage, d'autre part des ensembles de traits répétitifs qui ne forment pas de mots mais des paysages et enfin des traits abstraits sans fonction de lettres ni de représentations que nous nommerons gribouillages. Ces trois formes de tracés, minuscules, seront confrontées les unes aux autres après avoir subi un agrandissement énorme.

Coproduction : les Scènes d'Abbeville, la Maison de la Culture d'Amiens Scène Nationale et ALIS. Conception, réalisation : Pierre Fourny, ALIS.