1/∞ème

(un infinitième)

Création 2011

Liée à la création du spectacle L’âme hors du signe, l’exposition 1/∞ème donne à voir des signes dont l’âme ne serait pas là : morceaux d’affiches publicitaires sur lesquels n’apparaissent ni le nom des marques ni celui des produits, déchargés de leurs raisons d’être, en somme.

Une affiche, avant d’être collée, est constituée de 8 morceaux à assembler dans le bon ordre et bien raccordés les uns aux autres. Ici chaque panneau accueille l’un des 8 morceaux de différentes affiches, un huitième, 1/8ème. Ces parcelles, ces “détails”, d’un mètre cinquante sur un mètre, ont été sélectionnés pour leur puissance à suggérer un univers autonome : véritables ready-made (images) ou cut-up (mots) purifiés du message que ces signes sont censés véhiculer. L’effet est renforcé par le changement d’échelle : sans le recul nécessaire pour “voir” une affiche complète de 4 mètres de long sur 3 mètres de haut, le spectateur n’a aucune possibilité d’envisager l’ensemble.
Le huitième devient un infinitième puisqu’il renverse le monde dont il est extrait et en empêche l’accès: ce détail brouille les signes qui pourraient conduire à ce tout dont il vient. Porte fermée puis entrouverte sur d’autres perspectives.

En regard de ces panneaux presque muets, des mots. La Police de l’Ombre, comme son nom l’indique, nous révèle que l’ombre de certains mots contient d’autres mots.

Un univers contenu dans un autre, des détails qui s’additionnent : à relire activement comme un véritable spectacle dans lequel les signes prennent enfin quelques libertés.

Cette expérience, tout comme L’âme hors du signe, propose de partager un regard renouvelé, comme nettoyé. De se rincer l’œil.
Cette opération préside aussi bien au processus de création qu’au travail du spectateur impliqué dans ce processus. L’affiche a perdu son sens, les mots nous en révèlent de nouveaux, insoupçonnés : un monde à explorer se crée.

 

Conception et réalisation : Pierre Fourny
Fabrications : Albert Morelle
Production : ALIS